Sachez reconnaître le bon moment pour parler d’aide au proche aidant | HOME INSTEAD
Nouvelles

Nouvelles

Sachez reconnaître le bon moment pour parler d’aide au proche aidant

Sachez reconnaître le bon moment pour parler d’aide au proche aidant

De plus en plus de familles font appel à un professionnel des soins ou de l’aide à domicile pour personnes âgées, atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence afin de venir en aide à un aidant naturel, que ce soit à la maison ou chez un des membres de la famille.

Cependant, et cela est compréhensible considérant le lien affectif qui unit très souvent le proche aidant avec la personne souffrante, beaucoup de proches aidants attendent d’être au bord de l’épuisement pour demander de l’aide.

Ainsi, il en incombe très souvent aux autres membres de la famille de sonner l’alarme et de “prendre soin” du proche aidant; bref, de soigner le soignant !

Allons-y voir de plus près...

Quelques signes avant-coureurs que l'aidant naturel a besoin d’aide

Avis donc aux membres de la famille, si vous détectez plusieurs de ses comportements ou signes avant-coureurs chez votre aidant naturel, alors il ou elle n’est pas sur la bonne voie et il serait temps de faire appel à de l’aide à domicile supplémentaire, professionnelle ou familiale.

Dégradation de la qualité de vie relationnelle

  • presque plus de temps de sortie
  • négligence des liens antérieurs naturels, amicaux, associatifs ou formels
  • diminution du temps avec les amis et la famille
  • négligence ou diminution des contacts avec le reste de la famille et avec les amis
  • pas de temps de répit pour soi dans la journée
  • pas de coin à soi dans la maison
  • inquiétude permanente de ce que fait le malade hors de surveillance
  • pas de planification de vacances (voyages, week-ends, heures de détente, etc.)
  • constamment orienté soins ou aide, à tout instant 

Difficulté à faire la distinction entre ce qu'il est possible de faire et ce qui est hors de portée

  • pas d'échanges avec des professionnels du soin afin d'avoir des avis et des opinions favorisant une meilleure prise en charge
  • incapable de "déléguer" la partie soin afin de privilégier la partie affective et communicationnelle qui devrait être la priorité de l'aidant
  • incapable de distinguer entre ce qui est de l'ordre du soin au malade, du partage affectif, et de l'obligation morale de faire
  • incapable de partager l’information avec la famille et les amis afin de prendre du recul et voir ce qui pourrait être délégué

Repousser ses limites au-delà de ses forces

  • ne pas reconnaître ses propres limites et ne pas les accepter
  • toujours vouloir en faire plus, incapable de passer la main
  • penser savoir tout faire et être irréprochable dans le soin (le lien et l'affection sont plus importants à préserver que leur rôle de proche aidant qui peut être relayé à un aidant professionnel)
  • incapable de parler de ses propres problèmes de santé à son médecin
  • refus de faire appel à des services spécialisés en maison de retraite ou à des aidants professionnels

Absence de temps pour le plaisir de vivre

  • aucun temps pour soi, pour son plaisir, sans culpabilité
  • aucune intimité dans la maison, aucun espace pour soi, sans la personne souffrante
  • aucune activité personnelle sans la personne souffrante
  • négligence ou absence de la qualité de vie pour soi, priorité accordée aux soins donnés à la personne souffrante au détriment de l'essentiel

Validation de l’état de stress du proche aidant

Cela peut être troublant de voir la qualité de vie ou même la santé d’un proche aidant décliner mais l’aide d’un aidant professionnel compétent peut faire toute la différence.

Il incombe aux amis et à la famille d’être attentif à la condition du aidant naturel et, le cas échéant, de trouver l’information sur les services disponibles en matière de soins et d’aide à domicile. Ils devront prendre une décision pour obtenir de l’aide à domicile car prendre soin d’une personne âgée malade peut avoir un impact considérable sur la qualité de vie du proche aidant, et possiblement, sur sa santé.

L’aide à domicile inclut la surveillance et les soins personnels (aide au bain, hygiène, repas à domicile, etc.) mais aussi les soins infirmiers et plusieurs autres soins spécialisés.

N’hésitez donc pas à avoir recours à un aidant professionnel surtout si la personne âgée nécessite des soins spécialisés ou des traitements réguliers en milieu hospitalier.

La Société Alzheimer du Canada a réalisé un petit tableau indicateur du niveau de stress pour les proches aidants au service d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer mais il se veut autant un très bon indicateur général du niveau de stress pour tout aidant naturel, quelque soit sa situation.

Si le proche aidant a répondu « parfois » ou « souvent » à plusieurs questions, alors il ou elle pourrait avoir besoin d’aide pour prendre soin de lui ou elle. 

Contactez-nous
514.800.8424
Pour une consultation gratuite à votre demeure

Contactez-nous
Pour une consultation gratuite à votre demeure.

Contactez-nous